Un projet vu autrement

inspiré par un dessin de David Sibbet : Visual Meeting

Les bugs se cachent dans la simplicité !


Avez-vous déjà constaté ce phénomène ?
Un traitement fonctionne depuis plusieurs mois et puis un jour, il s'arrête à cause d'une erreur. Vous regardez et analysez ce dysfonctionnement pour constater que l'erreur provient d'un bug sur un traitement relativement simple.

Pourquoi ces bugs existent-ils ?

Les développeurs vont porter plus d'attention aux traitements plus complexes et passer rapidement sur des choses plus basiques. Malheureusement, les bugs ne font pas la différence.
L'autre raison concerne des événements qui ne devraient logiquement pas se produire. De ce fait, ils ne sont pas pris en compte correctement au niveau du développement et des tests.
Exemple : un CA mensuel négatif



J'ai répertorié une petite liste (non exhaustive) des bugs les plus courants :
-         la division par zéro,
-         les données non conformes dans l'interface d'une fonction,
-         le dépassement d'entier (calcul donnant un résultat supérieur à la limite autorisée),
-         la fuite de mémoire,
-         la recherche d'une information inexistante,
-         les tests avec les opérateurs logiques OR, AND

C'est peu de chose à régler, mais c'est agaçant !

Et vous, avez-vous constaté d'autres bugs qui pourraient alimenter cette liste ?

Vis mon job !

Le week-end dernier, je suis allé à la Fnac pour acheter quelques cadeaux pour Noël. Ce fut un véritable bonheur car je n’étais pas le seul à avoir eu cette bonne idée.
Je n’écris pas ce billet pour vous détailler mes achats de Noël ou me plaindre de l'affluence à la caisse mais pour vous décrire un exemple de management.

Au service de retrait des matériels, le Directeur du magasin s’affairait pour aider ses collaborateurs à fournir les achats de ses clients. Il n’était pas dans son bureau à compter les euros qui tombaient dans la caisse, ni à se balader dans les allées du magasin (elles étaient déjà bien chargées) pour vérifier que tout se passait bien. Non, il était "au fourneau" avec son équipe pour répondre au flux des clients.

Les bénéfices de cette implication sont multiples :
-         Elle augmente la crédibilité du directeur auprès de ses collaborateurs,
-         Elle motive les collaborateurs (tout le monde est la tâche),
-         Elle permet de se mettre au contact direct des clients.

Les managers doivent par moment prendre des risques et s’exposer vis-à-vis des clients mais également de leur équipe. Je crois que de temps en temps, il faut savoir sortir de son bureau et participer à l’activité, même si ce n’est pas le domaine dans lequel on excelle.



Pour en revenir à mon Directeur de la Fnac (de Nantes), j’espère le revoir au service SAV après les fêtes. Ainsi, il pourra avoir un "retour direct" sur les problèmes de ses clients.

"Rien n'est si contagieux que l'exemple." François de La Rochefoucauld

Les « Best Practices » sont-elles "la bonne pratique" ?


En informatique, les « best practices » sont un ensemble cohérent de descriptions de processus permettant d’'assurer des services de qualité vis-à-vis des utilisateurs du système d'’information.

Vu comme cela, nous pouvons dire en effet qu'’il serait dommage de ne pas les appliquer. Elles permettent de normaliser et de rationaliser des processus pour obtenir un même niveau de qualité quelle que soit la demande.

En revanche, pouvons-nous les appliquer dans tous les sociétés quel que soit le contexte ?
Pour ma part, je ne suis pas certain car leur mise en place demande un investissement important sans garantie de résultat. Chaque entreprise a sa propre culture et il est possible que la "greffe" ne prenne pas.
Pour des structures de taille moyenne ou petite, ces bonnes pratiques peuvent rajouter des lourdeurs et une moindre réactivité pour les utilisateurs. Le service rendu sera certainement de qualité mais l'’utilisateur sera peut-être mécontent du service rendu en raison de délais trop longs.
Elles ont été établies pour répondre de manière générale à la problématique de gestion des systèmes d’'information. De ce fait et à mon sens, il faut les prendre pour ce qu’elles sont  et il faut les connaître et les appliquer (ou non) en fonction de votre contexte particulier.

L'’utilisation de ces bonnes pratiques ne doit pas nous obliger à ne pas réfléchir à d’'autres solutions plus adaptées.

Il ne faut pas également oublier que les sociétés de service ont tout intérêt à promouvoir ces bonnes pratiques pour offrir par la suite d’'autres services comme l'’infogérance, par exemple.
Plus les processus informatiques seront standardisés, plus ils seront faciles à externaliser.



Les entreprises doivent être de plus en plus réactives face à leur marché et doivent se différencier de leur concurrence pour survivre. L'’application des bonnes pratiques ne doit pas diminuer ou supprimer l’'agilité du SI.

Alors, les bonnes pratiques, oui mais en bonne intelligence.

"Personne n'est inutile en ce monde lorsque nous allégeons le fardeau de quelqu'un d'autre." Charles Dickens

Manifeste contre la crise - Livre Florent Fouque

La méthode clé en main pour retrouver la chemin de la croissance et c'est gratuit !



Pour ne rien vous cacher, je ne l'ai pas encore lu mais j'avais apprécié son premier livre. D'ailleurs, vous pouvez retrouver l'interview de Florent FOUQUE sur son livre à l'adresse suivante : http://fthomas-sysinfo.blogspot.com/2009/11/la-decouverte-du-lean-six-sigma.html


Etes-vous plutôt “rat” ou “vieil homme” ?


 
En regardant cette image, nous pouvons percevoir au premier regard soit un rat soit un vieil homme ; il en va de même dans bien des situations du quotidien...

Il y a quelques temps, j’avais un problème à résoudre pour mon service. Une solution était envisageable mais celle-ci ne me plaisait pas complètement. J’avais le sentiment que je passais à coté de quelque chose sans savoir quoi.

Après plusieurs aller-retours sur mes hypothèses, je restais malgré moi fixé sur ma solution initiale. J’ai donc décidé d’expliquer mon problème et ces détails à une autre personne pour voir si elle n’avait pas une VISION différente de la mienne. Bingo!

Mon interlocuteur est tombé sur le détail qui me permettait de changer sensiblement ma solution pour qu’elle devienne une solution plus pertinente.

Cette image “du Rat et du Vieil homme” illustre assez bien le fait que nous avons chacun notre façon de voir les choses. Si quelqu’un vous signale un détail particulier sur un problème, il peut vous faire voir les choses autrement.

Autre exemple : Combien de carrés voyez-vous ?


Si vous en comptez 16, c'est bien mais vous pouvez en compter plus. Vous pouvez donner votre réponse en laissant un commentaire.

"La philosophe et la bière, c'est la même chose, Consommées, elles modifient toutes les perceptions que nous avons du monde." Dominique-Joël Beaupré

Une erreur est survenue dans ce gadget