Restons optimiste


"Le type qui a inventé le roue était un idiot. Celui qui a inventé les trois autres était un génie."  Sid Caesar

*** Bonne année 2013 ***

Vous faites partie de quelle entreprise ?


En parcourant les cours de management de mon fil aîné, j'ai lu la définition de "Entreprise". Pour résumer, voici ce qui en est proposé : une entreprise est une organisation dont les membres qui la composent, travaillent pour atteindre un objectif commun.

Jusque là rien d’extraordinaire mais cette définition me posait quelques interrogations. Travaillons-nous vraiment ensemble à l’atteinte d’un objectif commun ou travaillons-nous pour autre chose ?

Pour essayer de répondre à cette question, je suis allé consulter Wikipedia. J’y ai trouvé des éléments de réponse grâce à ces deux définitions du terme :

- Une entreprise est une unité institutionnelle, mue par un projet décliné en stratégie et/ou en politiques et plans d'action, dans le but de produire et de fournir des biens ou des services à destination d'un ensemble de clients ou usagers. Pour ce faire elle s'organise, fait appel, mobilise et consomme des ressources (matérielles, humaines, financières, immatérielles et informationnelles).

- L’entreprise -vue comme une organisation- se définit comme « l'ensemble de moyens structurés, constituant une unité de coordination, ayant des frontières identifiables, fonctionnant en continu, en vue d'atteindre un ensemble d'objectifs partagés par l'ensemble de ses membres (salariés, dirigeants, actionnaires...). »

Dans la première définition, l’entreprise consomme des ressources et essaie de les mobiliser pour atteindre son objectif. Ici, nous sommes typiquement dans un contexte de la carotte ou du bâton. Le salariés travaillent pour une prime, une augmentation, une promotion ou tout simplement pour leur salaire.

Avec la deuxième définition, nous changeons de philosophie. Les objectifs sont partagés par les salariés, les dirigeants et les actionnaires. Cette philosophie correspond à des entreprises d’un autre type comme Favi (sous-traitant de l’industrie automobile), W. L. Gore & Associates (à l’origine Gore-tex) ou Google. Malgré la crise actuelle, ces entreprises ont d’excellents résultats. Par exemple chez Favi, les leaders sont cooptés et la solidarité interne est développée comme la promotion des idées et la proximité avec les clients.

Et vous, vous appartenez à quel type d’entreprise ?

Cas d'une entreprise dont l'objectif est partagé. Dans le cas contraire, les flèches sont inversées et elles s'éloignent de l'objectif.


“L’homme est bon, il faut lui faire confiance, tout le monde a le même but, satisfaire le client, et chacun doit être traité de la même façon.” Domnique Verlant Dirigeant de Favi

Les trois dimensions d’un SLA



Un SLA (Service Level Agreement) est une convention (ou contrat) de service entre un fournisseur et un client. Ce document permet de définir les attentes des deux parties sur le contenu de la prestation. Pour une DSI, nous remplacerons le client par l’utilisateur et le fournisseur par la DSI.

Avant d’entreprendre cette démarche pour les services informatiques, il convient de prendre en compte ces trois dimensions :
- L’utilisateur,
- Le besoin,
- Le coût.



Il ne s’agit pas de réaliser un document de plus mais d’avoir une démarche de proposition de valeur pour ses utilisateurs. Les trois questions de base sont :
- Quels utilisateurs ?
- Quels besoins de service pour quel niveau ?
- Et pour quels coûts associés ?

Tous les utilisateurs ne sont pas égaux et leurs besoins de service peuvent varier. De plus, en fonction du niveau de service, le coût ne sera pas le même. La réponse à ces questions dépend de votre contexte.
En balayant ces trois dimensions avec vos utilisateurs, vous aurez de grandes chances d’apporter le bon service, au bon groupe d’utilisateur et au bon prix sans qu’il y ait d’ambiguïté.  

"Penser est facile, Agir est difficile. Mais agir en accord avec les pensées d'un autre est plus difficile que tout." Goethe
Une erreur est survenue dans ce gadget